Assurance décennale

L'assurance décennale a été instaurée par la loi du 4 janvier 1978, aussi connue sous le nom de Loi Spinetta. Celle-ci crée une obligation d'assurance ...


Catégories :

Assurance construction - Assurance - Droit des contrats en France - Droit de la construction

Recherche sur Google Images :


Source image : lamy-expertise.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Aric assurances, société de courtage d'assurances décennale spécialisée dans les risques des particuliers qui ont des difficultés à trouver une assurance... (source : aric-assurances)
  • Assurance de responsabilité décennale définition et caractéristiques. Couvrent la responsabilité décennale des constructeurs vis à vis du Maître de ... (source : lawperationnel)
  • Les sanctions pour défaut d'assurance dommages ouvrage sont semblables à celles qui sont prévues pour défaut de l'assurance responsabilité décennale, ... (source : netassurances)

But et principe

L'assurance décennale a été instaurée par la loi du 4 janvier 1978, aussi connue sous le nom de Loi Spinetta. Celle-ci crée une obligation d'assurance :

La combinaison d'une police dommage ouvrage et de responsabilité civile décennale se nomme Assurance Police unique de chantier (France)

Au départ elle se fonde sur les principes dont s'inspirent les articles 1792 et suivants du code civil qui prévoit une responsabilité du constructeur dans le cas d'un contrat de louage.

En ce sens elle garantit :

Elle s'applique aussi aux constructions nouvelles engagées par les particuliers.

Les "maîtres d'ouvrage" ont par conséquent un grand intérêt à recueillir avant la signature d'un contrat ou d'un devis les attestations ainsi qu'à vérifier que le début des travaux est bien dans la période de validité de l'attestation. En cas opposé ou en cas de "disparition" de l'entreprise ces documents seront essentiels pour faire valoir leurs droits.

Obligation d'assurance

L'obligation d'assurance procède en réalité des articles L241 et suivants du code des assurances; elle ne s'applique qu'aux ouvrages de bâtiment (voir détail).

Pour le bâtiment, la jurisprudence a établi que l'assurance doit être souscrite selon les principes dont s'inspire les articles 1792 et suivants du code civil. En d'autres termes, l'assureur ne pourra pas prévoir de clause (s) qui limitent l'indemnité sous risque d'être débouté devant le juge.

Dispense

Il n'y a pas de dispense pour les bâtiments à usage de logement. Pour les autres bâtiments il y a une dispense pour :

Histoire et autres pays ayant une assurance décennale

L'obligation d'assurance existe depuis 1978 et la jurisprudence a établi un certain nombre d'interprétations et de clarifications. Par contre, la responsabilité décennale (fréquemment confondue avec l'assurance décennale) existe depuis la mise en place du code civil en 1804. L'étendue de la responsabilité décennale a été modifiée en 1969 dans l'objectif de clarifier la jurisprudence alors contradictoire avec l'article 2270 du code civil. Loin de clarifier la situation, la modification a créé plus de confusion, pour aboutir à un remaniement des article 1792 et suivants en 1978.

De par l'introduction du Code Napoléon en Europe et d'une façon plus générale le passé colonial de la France, de nombreux pays arabes et africains ont des articles identiques à l'ancien code civil (antérieur à 1969). Les interprétations en sont diverses. Peu de pays ont cependant établi une obligation d'assurance comparable à la France sur la base de cet article. La forme adoptée dans ces pays est généralement une police de responsabilité civile décennale pour le constructeur, mais dont le bénéficiaire est le maître de l'ouvrage.

Plus il y a peu de temps, des pays comme l'Espagne (1999, seguro decenal) et l'Italie (2001, legge Merloni) ont aussi établi une obligation d'assurance décennale. Malgré les efforts de l'Union européenne visant à harmoniser les législations des états membres, aucun accord n'a pu toujours être atteint. Eu égard à la grande diversité des textes, un tel accord ne semble pas réaliste dans les 5 prochaines années.

En général, les assureurs s'accordent à grouper les pays suivant les trois critères suivants :

Exemples avec (1) seulement : L'Allemagne prévoit dans son BGB une responsabilité du constructeur de cinq ans. Cette responsabilité n'est pas généralement assurée.

Exemples avec (1) et (2) seulement : La Belgique a des articles de son Code Civil particulièrement identiques au Code Civil français. Il existe aussi un marché particulièrement compétitif de l'assurance décennale (avec l'existence d'un pool). Mais la loi ne prévoit pas d'obligation d'assurance, si bien que le constructeur qui souhaiterait renoncer à souscrire une assurance ne contreviendrait à aucune loi.

Exemples avec (1), (2) et (3)  : La France, mais également l'Espagne, l'Italie. En dehors de l'Europe on peut citer L'Egypte, qui prévoit une responsabilité décennale aux tiers (c'est-à-dire pour les dommages causés à des tiers par suite de l'effondrement du bâtiment).

Exemple avec (2) uniquement (ou presque)  : Au Royaume Uni le marché de l'assurance a développé un produit nommé Latent Defects Insurance ou Inherent Defects Insurance qui couvre les dommages à l'ouvrage dus à un défaut de conception ou d'exécution, mais sans s'appuyer sur des textes légaux. Historiquement, cette couverture est apparue dans les années 1990 sur la base de l'existence d'une pratique (contestée) du "tenant liability" qui consistait à rendre le locataire responsable de réparer les dégâts de l'ouvrage dus a une mauvaise conception. Les locataires de bâtiments de la City ont alors forcé leur propriétaire à les tenir indemnes de ces frais, ce pour quoi les propriétaires ont eu recours aux assureurs.

Exemple avec (1) et (3), mais pas (2). Même si ce cas est légèrement théorique, il peut aussi se produire. C'est ce qui s'est passé en Turquie en 1999, suite au tremblement de terre d'août. Le législateur a souhaité créer une responsabilité décennale pour le contrôleur des travaux (c'est-à-dire l'équivalent de l'Apave, Bureau Veritas, QualiConsult, Norisko ou Socotec en France) dans le cas où le bâtiment subissait ensuite un dommage de type conceptuel. Le marché de l'assurance a refusé de proposer une couverture en avançant essentiellement les deux raisons suivantes : (a) Un déplacement peu éthique de la responsabilité du constructeur sur le contrôleur - ou l'impossibilité pratique de contrôler que les injonctions du contrôleur avaient effectivement été suivies d'une action. (b) L'amalgame des concepts de couverture de type catastrophe naturelle (tremblement de terre) et conception - dans le sens où les normes anti-sismiques sont prévues pour sauver des vies humaines et non l'intégrité du bâtiment, par exemple en utilisant des modes propres du bâtiment dans l'objectif d'absorber par un dommage ciblé l'énergie sismique.

Confusions courantes sur l'assurance décennale

Voir aussi

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : assurance - responsabilité - décennale - ouvrage - dommages - obligation - france - bâtiment - suivants - civil - confusion - constructeur - pays - loi - police - articles - existence - couverture - prévoit - maîtres - jurisprudence - établi - assureur - marché -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Assurance_d%C3%A9cennale_(France).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu