Groupe Caisse d'épargne

Le Groupe Caisse d'Épargne est un groupe bancaire français constitué autour des Caisses d'Épargne. Les Caisses d'Épargne sont quelquefois désignées sous l'appellation L'Ecureuil, selon l'animal qui sert de logo au groupe.


Catégories :

Entreprise fondée en 1818 - BPCE - Entreprise de l'économie sociale

Recherche sur Google Images :


Source image : documentation-pdf.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La Caisse d'Epargne attire l'attention des usagers de son site sur les ... (source : caisse-epargne)
  • la Caisse d'Epargne recrute dans les métiers de la banque, achat et ... Découvrez l'ensemble des possibilités proposées par le Groupe qui ambitionne de devenir... (source : recrute.caisse-epargne)
  • agenda. A lire : Accédez à toute l'actualité de FO Groupe Caisses d'Epargne En savoir plus.... Abonnez-vous à la newsletter de Fo Groupe Caisses d'Epargne... (source : focaisseepargne)
Groupe Caisse d'épargne
Logo de Groupe Caisse d'épargne

Logo de Groupe Caisse d'épargne
Création 1818
Personnages clés François Pérol
Bernard Comolet
Charles Milhaud
Forme juridique Banque mutualiste
Slogan (s) «Et si une banque vous aidait à vivre mieux ?»
Siège social Drapeau de France 50, Avenue Pierre Mendès France
75013 Paris  (France)
Activité (s) Banque
Société mère BPCE
Filiale (s)
Effectif 52 000 (en 2007)
Site Web www. caisse-epargne. fr
Code banque (BIC) CEPA
Code établissement (IBAN) 13335 Aquitaine Poitou-Charentes

14445 Bretagne-Pays de Loire
18315 Côte d'Azur
16705 Alsace
18715 Auvergne et Limousin
12135 Bourgogne Franche-Comté
15135 Lorraine Champagne-Ardenne
13135 Midi-Pyrénées
19825 Nouvelle-Calédonie
18025 Picardie
13825 Rhône Alpes
13485 Languedoc Roussillon
17515 Ile-de-France
14265 Loire Drôme Ardèche
14505 Loire-Centre
16275 Nord France Europe
11425 Normandie
11315 Provence-Alpes-Corse

Le Groupe Caisse d'Épargne est un groupe bancaire français constitué autour des Caisses d'Épargne (la première créée en 1818 à Paris). Les Caisses d'Épargne sont quelquefois désignées sous l'appellation L'Ecureuil, selon l'animal qui sert de logo au groupe. Actuellement, le Groupe Caisse d'Épargne est un groupe bancaire d'envergure internationale, multimétier (banque, assurance, immobilier…) et multi-enseigne.

Le Groupe a entamé un processus de fusion avec le Groupe Banque populaire qui aboutira sur la fusion définitive des deux holdings début août 2009. La nouvelle entité, dont le nom est BPCE, devient le deuxième groupe bancaire français[1].

Au sein du nouveau groupe, les deux enseignes commerciales, Caisse d'Épargne et Banque populaire, subsistent.

Histoire

En France, la Caisse d'Épargne est une initiative privée de Benjamin Delessert et François de la Rochefoucault-Liancourt, deux philanthropes, conçue pour encourager l'épargne populaire dans une période marquée par des conditions économiques et sociales complexes. La première ouverture d'une Caisse d'Épargne a eu lieu à Paris le 22 mai 1818. Le livret va concrétiser l'acte d'épargne en servant à conserver la trace des versements et intérêts perçus. La Caisse d'épargne ne rencontre pas un succès immédiat du fait de la faible capacité d'épargne des classes populaires, mais également d'une confiance trop faible envers l'institution. Les fondateurs demandent alors à l'État d'assurer les relais et de s'impliquer davantage. C'est ce qu'il fait en prenant en charge le placement et la garantie des fonds en fixant le plafond des livrets. La loi du 5 juin 1835 reconnaît alors les Caisses d'Épargne comme établissements privés d'utilité publique. Le succès du dispositif s'amorce alors avec, 18 ans après la création du livret, un montant des dépôts qui atteint 147 millions de francs. Devant cette croissance, l'État, à travers la loi du 31 mars 1837, confie à la Caisse des Dépôts l'administration des fonds. En 1839, les Caisses d'Epargne sont 284, puis 364 en 1847, 546 en 1895. [2]

La régionalisation

En 1984 et 1985 sont créées les SOREFI (sociétés régionales de financement), selon la loi du 1e juillet 1983, une société par région administrative. Le capital est réparti à parité entre la Caisse des Dépôts et les Caisse d'Epargne de la région. Les SOREFI centralisent les fonds non garantis par l'Etat (tout sauf le livret A et le LEP (livret d'épargne populaire), et surtout les plans d'épargne logement, émettent les bons d'épargne commercialisés par les Caisses et empruntent sur le marché. Elles prêtent directement aux entreprises et collectivités régionales, et inaugurent l'activité de banque généraliste du futur groupe. Elles supportent aussi des services communs aux Caisses d'Epargne.

La même loi de 1983 crée un "chef de réseau", le CENCEP (centre national des caisses d'épargne et de prévoyance) qui n'est pas une banque. Il est aussi administré à parité par la Caisse des Dépôts et les Caisses d'Epargne.

Le regroupement des "petites" Caisses d'Epargne est mené en premier lieu de façon peu formelle et progressive, puis par l'opération de restructuration définie par la loi du 10 juillet 1991, qui aboutit à la création de 35 Caisses d'Epargne "régionales", dont le découpage territorial reflète l'intensité de la lutte entre dirigeants à l'époque, plutôt que la logique économique. Les Caisses régionales absorbent les SOREFI et deviennent des banques régionales généralistes. Une Caisse Centrale est créée pour servir d'établissement centralisateur.

Une évolution complexe du "groupe central" aboutit à la création en 1992 (loi du 30 décembre 1991) de la CNCE (caisse nationale des caisses d'épargne), établissement de crédit par conséquent banque de plein exercice, qui reprend le rôle de chef de réseau tenu par le CENCEP. Les Caisses d'Epargne ont la majorité absolue du capital et des droits de vote, la Caisse des Dépôts devenant minoritaire pour la première fois dans la gestion du réseau Caisses d'Epargne. Les dirigeants, issus des Caisses d'Epargne, lancent la CNCE dans le monde de la finance.

En 1999, (loi du 25 juin 1999) une opération de "mutualisation" conçue pour donner un "propriétaire" à la totalité des Caisses d'Epargne aboutit à la création des SLE (sociétés locales d'épargne) qui émettent des parts sociales et dont les dirigeants sont élus par les porteurs de part sociales, et de la FNCE (fédération nationale des caisses d'épargne) qui en est l'organe central. Les parts sociales sont commercialisées par les Caisses d'Epargne auprès de leurs clients, avec succès.

Les difficultés depuis deux ans

Les Caisses d'Épargne sont actionnaires de la banque d'affaires Natixis, qui s'est lancée en 2006 sur le marché des subprimes aux Etats-Unis, par l'intermédiaire d'un réhausseur de crédits qu'elles ont dû financer en catastrophe par une recapitalisation.

Le 9 mars 2009, prise dans la crise des subprimes, la valeur de l'action Natixis atteint un plus bas à 76 centimes d'Euro soit une perte de 96, 12 % comparé à sa valeur d'introduction en Bourse[3].

Ces difficultés se sont étendues aux maisons mères, les Caisses d'Épargne et Banques Populaires, affectées par d'énormes moins-values. Cependant le fonds de garantie des dépôts permet aux clients des banques d'être protégés et remboursés jusqu'à hauteur de 70 000 euros en France, ce qui incite les clients à ne pas clore leur comptes [4].

En décembre 2008, diverses rumeurs annonçaient que le groupe accuserait une perte pour la première fois depuis 200 ans[5]

D'autre part, les investissements nommés «Doubl'Ô» (FCP) n'ont pas répondu aux promesses comprises par la clientèle [6]. Ces six FCP garantis à formule promettaient à leurs souscripteurs un doublement "en toute sérénité" en 6 ans : Doubl'Ô (1 juillet 2001; 3 168 506 parts), Doubl'Ô Monde (8 novembre 2001; 3 099 395 parts), Doubl'Ô Monde 2 (8 février 2002; 5 377 065 parts), Doubl'Ô Monde 3 (28 février 2002; 1 338 801 parts), Doubl'Ô Monde 4 (28 mars 2002; 2 761 084 parts) et Doubl'Ô Monde 5 (25 avril 2002; 873 946 parts). Mais leur formule a toujours échoué ainsi qu'à l'échéance des 6 FCP, les souscripteurs n'ont récupéré que leur mise de fonds, amputée des droits d'entrée et des frais de garde. Le 7 août 2009, 242 d'entre eux, regroupés dans le Collectif Lagardère, ont assigné la CNCE devant le Tribunal de Paris, estimant que la banque n'avait pas satisfait à ses obligations d'information et de conseil[7].

Ces informations sont attestées par le Rapport annuel du groupe BPCE[8], qui chiffre le montant total des demandes à 5.010.604, 04 euros et fait référence aussi à des assignations individuelles de plusieurs Caisses d'Épargne pour un montant total de 1.504.755 euros (état non exhaustif établi suivant les éléments communiqués par les Caisses d'Épargne), plus une demande en Midi-Pyrénées chiffrée à 74.722.629.000 euros pour une souscription de 524.400 euros.

Selon une dépêche AFP en date du 6 juillet 2010[9] la Direction des Fraudes (DGCCRF) a remis au Parquet de Paris un rapport relevant l'infraction de publicité trompeuse à l'encontre de la Caisse d'épargne. Pour sa part, la Caisse d'épargne Loire-Drôme-Ardèche a été mise en examen, quelques jours plus tard, par le Tribunal de Saint-Étienne pour publicité trompeuse sur le produit de placement "Doubl'Ô"

Depuis septembre 2009, les Caisses d'épargne sont dans le collimateur des associations de consommateurs et de certains parlementaires. En cause : des centaines de millions d'euros prélevés sur les comptes débiteurs de personne en difficulté, au titre des "frais de forçage" surtout. Ces commissions ont néenmoins été déclarées illégales par la Cour de Cassation en 2008, étant donné qu'elles consistent à facturer le découvert non autorisé au-dessus du seuil de l'usure, ce qui est illégal et est passible de poursuites pénales. Si cette pratique n'est pas spécifique aux Caisses d'épargne, il semble que le groupe en soit l'un des plus friands. Une loi pourrait prochainement contraindre les agences Caisse d'épargne à stopper ces pratiques ainsi qu'à rembourser les clients abusés.

Les activités du groupe

La Caisse d'épargne finançait en grande partie la construction de HLM grâce au dépôts sur le livret A à travers la Caisse de Dépôt et de Consignation. Elle s'est aussi lancée dans le "Credit Revolving", le financement de constructions immobilières, les assurances. La politique choisie par Mr Charles Milhaud, l'amène a agir sur les marchés financiers à risques par sa filiale Natixis.

Les entités du groupe

Le Groupe Caisse d'Épargne regroupait, avant la fusion, plusieurs entités :

Parmi les autres entreprises du Groupe Caisse d'Épargne, on peut citer :

La Caisse des Dépôts détenait une participation dans le Groupe Caisse d'Épargne, cédée en 2006 suite au rapprochement entre le Groupe Caisse d'Épargne et le Groupe Banques populaires pour fonder Natixis.

Le Livret A

Les Caisses d'Épargne partageaient avec La Poste (devenue La Banque postale) et le Crédit Mutuel (le Livret Bleu), le monopole de la distribution du Livret A, monopole qui a été abrogé le 1er janvier 2009.
Le Livret A est un compte d'épargne dont la rémunération (taux d'intérêt annuel fixé à 2, 75% au 1er août 2006 changé pour 3% au 1er août 2007 puis pour 3, 5% au 1er février 2008, 4% au 1er août 2008, 2, 5% depuis le 1er février 2009, 1, 25% au 1er août 2009 et enfin 1, 75% depuis le 1er août 2010) est réglementée par le gouvernement français et est exonérée d'impôts. La Caisse des Dépôts centralise les ressources en provenance du Livret A pour financer le logement social.
Pendant longtemps le Livret A fut la principale ressource des Caisses d'Épargne, actuellement dépassée par l'assurance vie et les autres produits bancaires.
La rémunération du Livret A est calculée selon le principe dit de la quinzaine :

Événements récents

Le Groupe Caisse d'Épargne :

Notes et références

  1. BPCE devient le deuxième groupe bancaire français sur Les Echos
  2. [Histoire de la Caisse d'Épargne http ://www. groupe. caisse-epargne. com/asp/ci_modele2. aspx?np=accueil_histoire_ci]
  3. Dépêche d'Agence Option Finance
  4. http ://fr. news. yahoo. com/afp/20081005/tbs-usa-banque-finance-france-prev-f41e315. html
  5. http ://www. lexpansion. com/economie/actualite-entreprise/l-ecureuil-vers-la-premiere-perte-de-son-histoire_169012. html
  6. http ://www. francesoir. fr/societe/2008/12/10/caisse-d-epargne-grogne-chez-les-clients. html
  7. http ://doublo. monde. free. fr
  8. http ://www. bpce. fr/content/download/2844/23094/version/5/file/BPCE_FR_RA_2009_bd. pdf
  9. http ://www. google. com/hostednews/afp/article/ALeqM5iBoMsOoGSBC78DHj5ewAvanMJZlg
  10. http ://www. lesechos. fr/info/finance/300317276. htm
  11. http ://www. groupe. caisse-epargne. com/cpp/101/fra/blob/pdf_cp_081206_gcebp_ci_081207000740. pdf
  12. http ://www. groupe. caisse-epargne. com/cpp/101/fra/blob/pdf_cp_081222_Madoff_ci_081219183154. pdf
  13. http ://www. groupe. caisse-epargne. com/asp/CI_mp_popup. aspx?np=cpl_090226_resultats_08_ci&nv=20090226134927
  14. Communiqué de presse des deux groupes du 26/02/2009.
  15. Portrait de François Pérol sur www. politique. net
  16. Le Monde du 27 février 2009
  17. A titre d'exemple, Le Figaro du 25/02/2009
  18. http ://www. rtl. fr/fiche/5294364/il-se-servait-dans-les-comptes-de-ses-clients-retraites. html
  19. http ://www. latribune. fr/entreprises/banques-finance/banque/20090716trib000400012/amende-de-20-millions-d-euros-pour-les-caisses-d-epargne. html
  20. http ://www. societe. com/societe/caisse-nationale-des-caisses-d-epargne-et-de-prevoyance-cncep-383680220. html

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : caisse - épargne - groupe - banque - epargne - 2009 - euro - populaire - livret - parts - 2008 - société - dépôts - natixis - perte - france - bpce - fonds - loi - bancaire - assurance - millions - régionales - clients - doubl - 1er - com - filiale - nationale - français -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Caisse_d%27%C3%A9pargne.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu